Levy-Sergio Mutemba (Agefi)

Le promoteur de fonds négociables en bourse (exchange-traded funds, «ETF») Rex Shares a annoncé mercredi la conclusion d’un partenariat avec la société de gestion BKCM pour le lancement prochain de fonds axés sur le secteur des crypto-monnaies et des technologies de la blockchain. Les deux sociétés américaines entendent ainsi mettre à profit leurs atouts respectifs.

«Nous voulions travailler avec Brian, pas seulement en raison de son expérience dans les crypto-monnaies mais également à cause de son engagement dans l’éducation des investisseurs»

Rex Shares, qui siège dans le Connecticut, a été fondé par Greg King, qui a collaboré à la conception de produits négociables en bourse (ETP) offrant un accès facilité aux matières premières et à la volatilité VIX pour le compte de grands investisseurs tels que Barclays, Credit Suisse, Global X et VelocityShares. Brian Kelly, de son côté, est l’un des premiers à avoir investi dans Bitcoin et les actifs numériques tels que les jetons (token) dès leur création.

 «Nous voulions travailler avec Brian, pas seulement en raison de son expérience dans les crypto-monnaies mais également à cause de son engagement dans l’éducation des investisseurs», explique Greg King dans un communiqué publié par la firme américaine. Brian Kelly utilise en effet la plateforme médiatique du programme télévisé de CNBC, Fast Money, pour transmettre aux investisseurs, privés et institutionnels, sa connaissance des technologies des systèmes de paiement décentralisés.

Brian Kelly explique pour sa part que Greg King s’est avéré être «un pionnier dans l’industrie des ETF» et que leur alliance leur permettra d’offrir d’avantage d’opportunités d’investissement pour tous ceux qui souhaitent obtenir une exposition aux stratégies reposant sur la chaîne de bloc.

Jusqu’ici, le négoce d’ETF sur les crypto-monnaies ne sont pas autorisées sur le marché boursier américain. Mais la Securities & Exchange Commission (SEC), en charge de la régulation des marchés des capitaux aux États-Unis, étudie actuellement la possibilité d’autoriser l’entrée en bourse de tels produits.

Les promoteurs d’ETF le savent et d’aucuns considèrent les ETF comme les prochains produits régulés à être autorisés aux États-Unis après le lancement, en décembre, des contrats à terme sur les bitcoins des Chicago Board Options Exchange (CBOE) et Chicago Mercantile Exchange (CME).

Pour mémoire, mercredi 20 décembre, la Bourse de New York (NYSE) avait officiellement déposé une demande d’autorisation auprès de la SEC en vue de permettre le négoce d’ETF répliquant la performance de contrats à terme sur Bitcoin négociés au CBOE et/ou au CME, ce à la demande du promoteur ProShares.

La SEC s’adapte à la transformation du marché

Ce dernier, qui compte près de 30 milliards de dollars d’actifs gérés par ses fonds négociables en bourse, souhaite en effet faire coter le fonds ProShares Bitcoin ETF (acheteur) et le ProShares Short Bitcoin ETF (vendeur), offrant aux investisseurs la possibilité de gérer la volatilité des crypto-monnaies. Les fonds spéculatifs (hedge funds), les gérants d’actifs, les conseillers en investissement figurent parmi les principaux clients de ProShares.

Le 28 décembre, la SEC a en effet formellement sollicité l’ensemble de la communauté des investisseurs d’exprimer leur avis sur une modification de deux règles normalement applicables à des fonds traditionnels

D’autres émetteurs ont déposé des demandes auprès de la SEC, dont Horizons ETFs Management. Celui-ci souhaite offrir aux investisseurs la possibilité de répliquer la performance de sociétés dont les transactions et le fonctionnement reposent sur les technologies de la chaîne de blocs via le suivi d’un indice calculé en interne.

L’engagement de la SEC à permettre autant que se peut la «formation du capital», comme son président Jay Clayton l’a récemment souligné dans une lettre publique adressées aux investisseurs et à leurs prestataires de services, s’est également fait sentir il y a quelques jours. Le 28 décembre, la SEC a en effet formellement sollicité l’ensemble de la communauté des investisseurs d’exprimer leur avis sur une modification de deux règles normalement applicables à des fonds traditionnels.

Il s’agirait d’exempter les ETF sur crypto-monnaies de certaines contraintes réglementaires liées à la manipulation de prix entre courtiers et directions de fonds, dès lors que la technologie des registres décentralisés vise justement à empêcher une telle manipulation.

Rédigé par Ondines Digitales

Une équipe de journalistes indépendants spécialisés dans la finance et l'investissement, accompagnant les bouleversements structurels des marchés des capitaux et du système bancaire suscités par la montée en puissance des technologies de stockage et de transmission de données décentralisées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s