Intelligence artificielle: à l’image de l’homme

Sciences sous-jacentes

  • Logique, probabilités, continu mathématique; perception, raisonnement, apprentissage et l’action.

Applications

  • Reconnaissance vocale, traduction automatique, automobile autonome, robotique domestique.

Processus algorithmiques

  • Résolution du jeu de dames

Progrès théoriques récents

  • Raisonnement probabiliste, apprentissage perceptuel, numérique et statistique, vision numérique.

Intelligence artificielle

  1. Stuart Russell, Peter Norvig, Artificial Intelligence – A Modern Approach, Éd. Prentice Hall, 3ème édition 2010: «(…) l’étude d’agents recevant des percepts émanant de l’environnement et réalisant des actions».

  2. Encyclopédie Larousse: «(…) l’ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence».

  3. Marvin Lee Minsky, co-fondateur du Groupe d’Intelligence Artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT): «(…) construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont, pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que: l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique».

La dimension artificielle renvoie à l’usage d’ordinateurs et de processus électroniques complexes, tandis que l’intelligence est associée à l’imitation du comportement. Mais qu’est-ce que l’intelligence?

  • Wikipédia: «L’intelligence est l’ensemble des processus retrouvés dans des systèmes, plus ou moins complexes, vivants ou non, qui permettent de comprendre, d’apprendre ou de s’adapter à des situations nouvelles.»

Débat philosophique sur le concept de l’intelligence: aptitude à s’adapter à l’environnement ou le modifier? Que serait la «bêtise artificielle»?

  • Wikipédia, du latin: intelligentῐa, du préfixe ĭnter– (« entre ») et de radical legĕre («choisir, cueillir») ou ligāre («lier»), suggèrent essentiellement l’aptitude à lier des éléments entre eux, à faire preuve de logique, de raisonnement déductif et inductif.

  • Platon: «(…) l’activité qui permet d’acquérir la science».

  • Trésor de la langue française informatisé: Lorsque l’instinct, l’apprentissage et l’habitude ne sont d’aucune utilité, l’intelligence correspond alors à l’«aptitude à organiser et appréhender les données de la situation, à mettre en relation les procédés à employer avec le but à atteindre, à choisir les moyens ou à découvrir les solutions originales qui permettent l’adaptation aux exigences nouvelles de l’action».

Rédigé par Ondines Digitales

Une équipe de journalistes indépendants spécialisés dans la finance et l'investissement, accompagnant les bouleversements structurels des marchés des capitaux et du système bancaire suscités par la montée en puissance des technologies de stockage et de transmission de données décentralisées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s