• Parmi les leaders mondiaux des solutions d’accès et de gestion des données de marché, Vela se dit «prêt pour les contrats à terme sur Bitcoin», disponibles au négoce depuis hier au Chicago Board and Options (Cboe) et dès le 18 décembre au Chicago Mercantile Exchange (CME).
  • Vela, société indépendante basée à New York, est un fournisseur des technologies permettant aux participants (banques, courtiers, plateformes d’échanges) de se relier directement aux bourses et à l’ensemble de leurs données (prix, liquidité, carnets d’ordre). Vela est pour ainsi dire au cœur de la mise en œuvre technique du mécanisme de découverte des prix.
  • Ainsi, si un client souhaite négocier, en l’occurrence, des futures sur Bitcoin, les solutions de données et de trading de Vela offrent, entre autres, les cotations en temps réel de ces instruments du marché à terme et la possibilité d’effectuer des transactions sur ces derniers.

Un énième signal d’adoption du Bitcoin

«Nous avons constaté un intérêt manifeste de la part de nos clients et du marché, ceux-ci cherchant à négocier des contrats à terme sur Bitcoin», explique Brian Cassin, en charge du Business Development chez Vela. Celui-ci se félicite, dans un communiqué publié cet après-midi, que l’entreprise maintienne «un cran d’avance sur la demande, ainsi que par rapport à un environnement global en constante évolution».

DAW Trading, une filiale du courtier américain PhilipCapital principalement implanté en Asie, est l’un des premiers courtiers à offrir à ses clients l’accès aux futures sur Bitcoin négociables au Cboe. «Nous avons œuvré avec Vela, afin d’être prêts dès le premier jour de trading», ajoute Robert Ruppert, Senior Vice-président de DAW Trading. Vela entend également être prêt pour les contrats à terme sur Bitcoin que le Nasdaq prévoit de lancer au cours du premier semestre 2018.

Les régulateurs se muent en soutiens

Après s’être d’abord montrée plutôt méfiantes vis-à-vis des crypto-monnaies, les régulateurs tels que la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), l’agence fédérale américaine chargée de la régulation des bourses, ont rapidement revu leur position. Après avoir refroidi les investisseurs en mars, en refusant d’autoriser le trading d’exchange-traded funds (ETF) basés sur les crypto-monnaies, la Securities & Exchange Commission (SEC) est revenue sur sa décision en annonçant au début du second semestre qu’elle en étudiait désormais l’éventualité.

Peu de temps après, en novembre, le provider Horizons ETFs Managament a déposé une demande d’autorisation pour son ETF répliquant l’indice Horizons Blockchain Index. «Les ETF apporteront une masse bien plus considérable de capitaux sur le marché du bitcoin», avait commenté Eric Ross, chief investment strategist de Cascend Securities, au même moment, dans une note adressée à ses clients.

Partout dans le monde, grandes banques d’investissement, asset managers et plateformes boursières régulées ont lancé diverses applications et produits reposant sur les crypto-monnaies. LedgerX, par exemple, est la première plateforme régulée par la CFTC pour le trading et la compensation de swaps de crypto-devises (réglées en cash) pour les investisseurs institutionnels.

L’histoire acquisitive de Vela

Trois acquisitions en particulier ont permis à Vela de se positionner par rapport aux classes d’actifs innovantes. Rappelons d’abord que le groupe est né en 2007 sous la raison sociale de Steet Response Laboratories (SR Labs), fondée par Srinivasan Ramiah. Son objectif est de relier plus de 200 plateformes boursières, à travers plus de 60 places financières dans le monde, à ses clients que sont notamment les banques d’investissement, les hedge funds, les courtiers, les conseillers en investissement, les plateformes de négoce multilatérale (MTF) et toute société ayant besoin de données de marché en temps réel avec faibles taux de latence.

En 2014, SR Labs réalise sa première acquisition significative en rachetant NYSE Technologies, l’ancienne division commerciale de NYSE Euronext. NYSE Technologies avait racheté en 2008 la société Wombat Financial Software, l’un des leaders globaux de la gestion des données de marché. Ce qui permit à NYSE Technologies de proposer à la fois sur le marché américain et international des services complets relatifs aux transactions, aux données et aux infrastructures de marché, aussi bien aux investisseurs buy-side que sell-side.

La même année, en septembre 2014, Srinivasan Ramiah est remplacé par Richard Kornhammer en tant que CEO. Ce dernier, également co-fondateur de Lava Trading (solutions de trading sur mesure), est rapidement remplacé, au bout de six mois. Par Jennifer Nayar, nommée CEO en juin 2015. C’est elle qui pilotera le remodelage de la marque SR Labs, baptisé Vela en juin 2016. Le même mois, Jennifer Nayar rachète OptionCity Software, deuxième acquisition déterminante pour la croissance de l’entreprise.

Pouvoir analyser partout tous les actifs

Basée à Chicago, OptionCity Software fournit des outils d’analyse et de trading de contrats à terme et d’options. Commentant cette transaction, Jennifer Nayar, qui, avant de rejoindre Vela, était Directrice Globale des Produits de Données de Marché et des Activités Commerciales (Market Data & Business Operations) au New York Stock Exchange, a expliqué que l’opération met Vela en mesure d’«offrir une gamme complète de solutions technologiques de trading et de données de marché couvrant de multiples classes d’actifs et zones géographiques».

Un mois plus tard, en juillet 2017, Vela reprend Object Trading, l’un des principaux fournisseurs d’accès direct aux marchés financiers (Direct Market Access, ‘DMA’). Aujourd’hui, grâce à sa solution logicielle de traitement direct des flux (‘direct feed handling’), SR Market Data Solution (SMDS), Vela peut normaliser les flux de données de plus de 130 plateformes de négoce à l’échelle globale à travers une interface de programmation applicative (API) unifiée.

Un type de fonctionnalité s’adressant à toute entité dont le mode continu, la précision et la rapidité d’accès des données de marché sont au cœur de leurs activités. SMDS est une solution développée entièrement en interne et ne repose sur aucun tiers de confiance pour sa mise en œuvre et son maintien. Elle se distingue par la rapidité de traitement des événements de marché, ainsi que par la possibilité d’être configuré pour diffuser les données vers de multiples applications.

Rédigé par Ondines Digitales

Une équipe de journalistes indépendants spécialisés dans la finance et l'investissement, accompagnant les bouleversements structurels des marchés des capitaux et du système bancaire suscités par la montée en puissance des technologies de stockage et de transmission de données décentralisées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s